Développer une culture de collaboration

2016-11-01

Le pape a salué la foule et autographié un livre avant de célébrer une messe dans le stade Swedbank, à Malmö, le 1er novembre 2016. (CNS Photo/Paul Haring)(Radio-Vatican) L'ambiance était festive, et l'enthousiasme débordant, en cette soirée du lundi 31 octobre 2016 au Malmö Arena, où s'est tenu l'événement œcuménique «Ensemble dans l'espérance», deuxième étape de la commémoration luthérano-catholique du cinquième centenaire de la Réforme, en présence du Pape François, de l'évêque luthérien Munib Younan et du Révérend Martin Junge, respectivement président et secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale.


Les trois hommes, accompagnés par le Cardinal Kurt Koch, président du Conseil Pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, ont quitté Lund où s'est d'abord déroulée la prière commune, pour Malmö à bord d'un minibus électrique, avant de parcourir en petite voiture le parc des expositions (Malmö Arena) où étaient rassemblées environ 10 000 personnes.L'événement, ponctué de chants et de prières, a été marqué par des témoignages très symboliques.

D'abord celui de Pranita Biswasi, une activiste écologiste indienne qui a parlé de la lutte contre le réchauffement climatique, celui du président de la Caritas Colombie, Mgr Heector Gaviria qui a parlé de son engagement dans le processus de paix en Colombie; également le témoignage vibrant et passionné de Marguerite Barankitse, burundaise réfugiée au Rwanda, engagée corps et âme au service de la jeunesse, et enfin le témoignage de Rose Lokonyen, une réfugiée sud-soudanaise.

«Développer une culture de collaboration»


Tous ces témoignages ont fait état de réalités concrètes sur lesquelles luthériens et catholiques veulent s'engager ensemble, sur le chemin du témoignage commun et de l'œcuménisme d'action. Une volonté manifestée par la signature d'une déclaration d'intention conjointe «Call for action», signée par Michel Roy, Secrétaire Général de Caritas Internationalis, et Maria Immonen, Directrice du World Service, l'organe caritatif de la Fédération Luthérienne Mondiale, dans le but de «développer et consolider une culture de collaboration pour la promotion de la dignité humaine et de la justice sociale».

Après la prise de parole remarquée du révérend Munib Younan, lequel a lancé un appel au résolution du conflit israélo-palestinien en Terre Sainte, -dont il est originaire-, le Pape s'est à son tour exprimé, en espagnol. S'adressant à chaque témoin, et évoquant brièvement les problématiques soulevées par leurs paroles. Comme celle des «abus qui détériorent notre planète», et dont les impacts retombent souvent sur les personnes les plus vulnérables, «forcées à émigrer pour échapper aux conséquences du réchauffement climatique». Cette thématique requiert l'engagement des chrétiens, et, a prévenu le Pape, «notre style de vie, nos comportements doivent être cohérents avec notre foi».

S'agissant de la Colombie, le Souverain Pontife a exprimé sa satisfaction de voir luthériens et catholiques s'unir «pour donner vie à des processus communautaires et sociaux d'intérêt commun». Et d'inviter à prier pour «cette terre merveilleuse», «afin que, avec la collaboration de tous, elle puisse parvenir finalement à la paix, tant désirée et nécessaire pour une cohabitation humaine digne».

S'appuyant sur les témoignage de Marguerite et Rose, le pape a tenu à remercier «tous les gouvernements qui offrent de l'assistance aux réfugiés, aux déplacés et à ceux qui demandent l'asile», car, a-t-il ajouté, «toutes les actions en faveur de ces personnes qui ont besoin de protection représentent un grand geste de solidarité et de reconnaissance de leur dignité».

Le Pape a enfin tenu à saluer Mgr Antoine Audo, archevêque chaldéen d'Alep, venu également témoigner de la situation dramatique qui prévaut en Syrie, et à Alep en particulier, «ville ravagée par la guerre, où l'on méprise et où on foule aux pieds même les droits les plus fondamentaux». François a rendu hommage au travail accompli par les hommes et femmes restés sur place, «pour donner l'assistance matérielle et spirituelle à ceux qui sont dans le besoin». «Il est également admirable que toi, cher frère, tu continues de travailler au milieu de tant de dangers pour nous faire part de la situation dramatique des Syriens», a-t-il déclaré, d'adressant directement à Mgr Audo.

Après l'allocution du Pape, une prière pour la Syrie, a été récitée en arabe, par le révérend Younan. A noter d'ailleurs que le produit de la vente des billets d'accès au parc des expositions sera intégralement reversé aux familles nécessiteuses d'Alep, ainsi qu'aux réfugiés syriens se trouvant en Jordanie. Un acte concret de cette collaboration œcuménique au service des plus vulnérables.

Lire aussi :

En Suède, le pape propose six nouvelles béatitudes

Revenir

Commentaires

*
*
Veuillez additionner 4 et 4.*