Une collaboration unique entre laïcs et religieux

2017-01-13

Chapelle de la maison de prière Marie Rivier (Photo : CRC/ Jean-Michel Bigou)(CRC) Le 18 décembre dernier, un événement discret, mais majeur s'est produit dans l'histoire de la Maison de prière Marie Rivier à Mont-Saint-Hilaire, celle de la passation de flambeau entre deux communautés religieuses.


Créée en 1973 par les Soeurs de la Présentation de Marie, la maison de prière est aujourd'hui sous la responsabilité des Fraternités Monastiques de Jérusalem. Cette passation est le fruit de près de deux ans de discernement des deux communautés, en collaboration avec les diocèses de Saint-Hyacinthe et de Montréal.

Toutefois, derrière ce projet se cache une particularité unique au Canada, celle d'avoir des laïcs responsables d'une maison où vivent sous le même toit des moines, des moniales et des laïcs ayant leur propre rythme et règles de vie. Respecter la structure monastique de la communauté dans un projet géré par des laïcs représente un grand défi. La coordination de la mission de la maison est assurée par deux laïcs, Colette Bouchard et Dominique Garrel. Il s'agit d'une nouvelle forme d'articulation entre laïcs et consacrés, qui procède de la grande confiance, de l'émerveillement mutuel, et de la reconnaissance des divers charismes.

« Le Christ amène vers des nouveaux chemins! » de dire madame Colette Bouchard, coordonnatrice de la maison de prière. « Ce partage de vie doit être ajusté entre laïcs, moines et moniales en respectant l'identité et le rythme de chacun. La nouveauté réside là. Ailleurs, ce peut être une maison de prière avec des laïcs seuls et un prêtre qui vient occasionnellement, ou bien une maison de prière avec des religieux où les laïcs viennent en appui. » Cette maison de prière est comme un prolongement de la mission des Fraternités monastiques de Jérusalem à Montréal. Colette coordonne la vie de la maison avec un autre laïc, Dominique Garrel. Quatre religieux (deux moines et deux moniales) ainsi qu'une autre personne laïque complètent l'équipe permanente de la maison. « Comme coordonnatrice, j'aime beaucoup travailler en convivialité avec toute l'équipe, ensemble dans le dialogue. »

Frère Antoine-Emmanuel des Fraternités monastiques de Jérusalem fait partie des religieux présents dans la maison. Il se réjouit de prendre le relais en poursuivant la mission d'accueil, d'apprentissage de la prière et de ressourcement spirituel du lieu. « La fondatrice des Soeurs de la présentation de Marie (Marie Rivier) avait le rêve au temps de la Révolution française d'avoir une maison de prière et de ressourcement spirituel pour les propres sœurs enseignantes de la communauté. Près de deux siècles plus tard, dans les années 70, la communauté a pu faire aboutir ce rêve. Elles ont tenu la maison pendant 40 ans avec un sens aigu de la prière et de l'accueil. » Le cœur de la mission de la communauté au Québec pour les membres et les laïcs des fraternités reste le sanctuaire du Saint Sacrement à Montréal comme un buisson ardent en pleine ville, un signe au milieu du monde urbain. La maison de ressourcement spirituel vient en complément pour que tous ceux et celles qui le désirent puissent venir refaire leurs forces spirituelles dans le silence, la beauté et la prière avec le témoignage d'une petite équipe. La spiritualité monastique de la maison est centrée sur l'adoration, l'oraison et la liturgie, au service des diocèses du Québec.

« Nous sommes dans une situation d'église difficile au Québec, il y a peu de chrétiens qui sont très sollicités, parfois attaqués, mais profondément bénis. Pour vivre cette mission d'église, que l'on soit laïc ou religieux, on a besoin de la prière, de se ressourcer dans le cœur de Marie, à laquelle est dédiée cette maison » témoigne le frère Antoine-Emmanuel. « Une raison qui nous a poussés à accepter est qu'aujourd'hui beaucoup de maisons de communautés religieuses ont fermé au Québec. C'est une nécessité pour l'église de demain que les laïcs et les religieux puissent se ressourcer quelque part. On reste vigilant à ce que les laïcs associés ne se substituent pas à la vie consacrée donnée au Seigneur qui est un signe nécessaire et différent. »

Les évêques de Saint-Hyacinthe et de Montréal, Mgr François Lapierre et Mgr Christian Lépine, ont été très ouverts à ce projet tout comme les deux prieurs généraux de la communauté en France qui observent avec attention comment il se déroule.

Le dimanche 8 janvier dernier fut l'occasion pour Mgr Lapierre de présider une messe pour souligner la poursuite de la mission de la maison de prière. « Je tiens à remercier les religieuses de la présentation de Marie qui ont été ici pendant plus de 40 ans, et qui ont entretenu admirablement ce lieu » nous parage Mgr Lapierre. « Elles ont eu le courage de ne pas s'accrocher, mais de passer le flambeau. Elles ont su trouver une continuité, ce qui n'est pas toujours évident aujourd'hui. Les Fraternités monastiques de Jérusalem sont venues dans un esprit de service avec un désir de prendre la relève et de continuer l'œuvre de ce lieu de ressourcement. Je m'en réjouis énormément, car ce lieu répond à un besoin et cela va donner un nouvel élan à cette expérience qui dure depuis plus de 40 ans. »

La maison de prière Marie Rivier possède une vingtaine de chambres individuelles pour accueillir des retraitants, religieux et/ou laïcs.

Pour prendre connaissance du calendrier des retraites prêchées en 2017
Pour consulter le site Internet de la maison Rivier
Pour voir quelques photos du lieu

Revenir

Commentaires



Commentaire de Léonie Therrien | 2017-01-18

Félicitations! et MERCI pour cette continuité en ce lieu que j'ai fréquenté pendant quelques années pour retraites personnelle ou prêchée.
Je rends grâce au Seigneur et m'unis à l'adoration de la nouvelle équipe à qui je souhaite plein succès dans cette Mission d'Église.
Léonie Therrien


Commentaire de Roger Matte, prêtre | 2017-01-18

Bravo pour cette nouvelle initiative du Seigneur! L'Esprit toujours présent continue son oeuvre. Merci à la fraternité de Jérusalem d'avoir su lire les signes des temps.j'espère pouvoir en profiter.


Commentaire de vinet, Micheline | 2017-01-25

Quelle joie d'apprendre cette nouvelle. Une réponse à un besoin du temps, une lumière, un signe éloquent en cet hiver spirituel que nous traversons au Québec. Je connais des Soeurs de la Présentation de Marie et je les félicite. Les moines et moniales poursuivent leur mission. tous, laïcs et religieux avons besoin d'eux. Merci d'avoir dit oui.

*
*
Veuillez calculer 1 plus 5.*