La Halte? Une boutique pas comme les autres

2016-09-30

De gauche à droite, Louis Bonneville, coordonnateur, Francine Fournier, bénévole et René Guindon, président du conseil d’administration. (Photo : Brigitte Bédard)C'est avec un sourire bienveillant et la paix dans les yeux que sont accueillis les passants qui s'arrêtent à la Halte spirituelle des Galeries d'Anjou. Au milieu du brouhaha, une boutique pas comme les autres est ouverte du lundi au vendredi de 11h à 15h où on peut se procurer un peu de repos, d'intériorité ou d'écoute.


Louis Bonneville, coordonnateur de la Halte, et René Guindon, président du conseil d'administration sont bénévoles à la Halte depuis ses débuts dans les années 90. « Mon père venait ici à la messe quand il était jeune! » de préciser Louis Bonneville pour expliquer son attachement à cette mission bien spéciale.

C'est que, à l'origine, le local qu'occupe présentement la Halte, au 2e étage des Galeries d'Anjou (au bout du corridor qui se situe à côté du magasin Bestseller), servait de lieu de culte à la paroisse Jean XXIII sous le nom de chapelle Marguerite-d'Youville. En 1998, la paroisse érige sa propre église et Mgr Turcotte, alors évêque de Montréal, précise dans une lettre la vocation et la mission de la chapelle qu'il souhaite transformer en halte spirituelle : « La Halte n'est pas un lieu dédié au culte eucharistique et la présence réelle n'y sera pas dorénavant conservée. Sa mission consiste essentiellement à offrir un espace de méditation, de prière, de silence et d'écoute. Des services d'accompagnement spirituel et d'éducation de la foi pourront être offerts ».

Ainsi, depuis 2001, la Halte œuvre en ce sens grâce à une équipe de bénévoles, aujourd'hui au nombre de huit. Toute personne est accueillie, quelle que soit sa confession religieuse, croyance ou non-croyance. « C'est dans leur humanité qu'on accueille les gens, ajoute René Guindon, même si certains ne mettent que le nez dans la porte et s'en retournent, ils auront vu qu'il y a une alternative, un endroit où ils pourront venir un jour. »

« Nous recevons beaucoup d'hommes seuls qui ont besoin de s'épancher ; plusieurs souffrent de solitude après le décès de leur femme, par exemple, certains se sentent délaissés par leurs enfants, raconte Louis Bonneville. Il y a aussi des jeunes qui posent toutes sortes de questions sur Dieu, la vie, la mort. Des fois, un de nos livres du présentoir disparaît pour réapparaître quelques semaines plus tard. On se dit que ce que cette personne a lu lui aura permis de faire un bout de chemin au-dedans. »

« C'est sûr qu'il n'y a pas de gros achalandage! On ne vend pas des souliers ici! », s'exclame Guy Guindon, on ne mesure pas le rendement. Notre mission première c'est d'être une porte ouverte, voilà tout. Juste être là au milieu d'un centre commercial. »

Pour les deux fondateurs, la Halte est au cœur de ce que le pape François a nommé « les périphéries ». Permettre à l'Esprit de se répandre là où Il veut... et pour se faire la Halte spirituelle a toujours besoin de bénévoles...

Voir l'album photo
 
Info : 450-665-1884
louisbonneville@videotron.ca
http://www.haltespirituellegaleriesdanjou.com

Revenir

Commentaires



Commentaire de René Cardin | 2017-04-30

C'est pas tout monde qui aime facebook.
Commentaire de l'administration:

Bonjour,

Vous n'avez pas besoin d'avoir un compte Facebook pour y consulter les photos qui s'y trouvent!

Au plaisir,

*
*
Veuillez additionner 4 et 1.*